Alexandre Jimenez

Né à Caracas, Vénézuéla, le voyage et les escapades ont toujours fait partie de mes intérêts personnels, guidé par les sports de montagne, donnant un fil directeur aux paysages qui peuplent mes souvenirs.

Après avoir suivi durant 4 ans une double licence d’histoire de l’art et archéologie à la Sorbonne de Paris, je me suis réorienté sur le métier de moniteur d’escalade. Ce métier aura mûrit l’intérêt pour le geste, les études donnant une lecture esthétique et méthodique du mouvement, la photographie me permet finalement de mettre en scène cette façon de voir. 

Le geste photographique devient l’acte à travers lequel je peux exprimer une partie de mon expérience interne.

Qu’est ce qu’un acte sinon l’expression gestuelle d’une pensée?

Je n’utilise pas de trépied, je travaille avec des vitesses comprises entre 1/20ème et 3 secondes d’exposition, ce qui implique que mes mouvements, plus ou moins conscients, font partie de la construction de chaque photographie. J’essaye de stratifier les différentes sources de filé, de flou, afin de donner une lecture “archéologique” composant une histoire dans la prise de vue.

Cinégraphies

Cette série commencée en 2019, essaye d’exprimer la complexité des mouvements et de leurs origines, des gestes sportifs comme artistiques ou quotidiens, ainsi que leurs rendus inconscients.

De cette façon j’essaye d’exposer graphiquement la manière qu’aurait notre conscience de s’informer et d’interagir avec notre entourage, sa plasticité. Et par conséquent comment nous façonnons notre monde intérieur et comment nous l’exprimons à travers nos gestes, comment nous gérons nos corps à travers le filtre de nos perceptions. Au final, ce serait essayer de donner la possibilité de contempler l’éphémère, en stratifiant les différents mouvements capturés afin de rendre une interprétation de notre réalité intérieure.

Dernièrement, j’ai rajouté une problématique dans cette série. Essayer de jouer avec la couleur afin de rendre en photographie, des couleurs qui n’existent pas dans la scène réelle. Jouer sur l’addition des couleurs à travers le mouvement. Affaire à suivre!

Best Of

Dans cette série, plus classique, j’expose mes photographies favorites de différentes scènes de vie, sorties en montagne, de traces de gestes ou d’événements actuels.

A aucun moment je ne me permet de demander à prendre une pose, ou de bouger des éléments pour former une photographie: le caractère naturel, spontané doit primer. 

Ce doit être un reflet de nos gestes quotidiens, du comportement de notre époque.

Certaines photographies montrent des traces de gestes et d’intentions dans la matière, ou la réutilisation d’objets sur d’autres, offrant un aperçu dans l’imaginaire de la personne qui aura fait cet agencement, ou suite de gestes.